A&CP : ARCHITECTURE ET COMMANDE PUBLIQUE : 308 AVENUE THIERS 33100 BORDEAUX TELEPHONE 05 57 14 06 91 - Contact

Les actualités d'A&CP

Voir la dernière newsletter

Nombre d'actualités par page :

Le 01-12-2018, par A&CP Aquitaine

Le caractère fautif du maître d’œuvre dans la surveillance des travaux suffit à engager sa responsabilité

  Engage sa responsabilité le maître d...

En savoir plus

Le 30-11-2018, par A&CP Aquitaine

Les pros du BTP s’accordent sur une mise à jour du contrat-type de sous-traitance

  le 26/11/2018 Six organisations professionnelles - la CAPEB, EGF.BTP, la FFB, la...

En savoir plus

Le 29-11-2018, par A&CP Aquitaine

Marchés publics - La garantie décennale ne concerne pas tous les désordres !

 

Commande publique

Dans un arrêt du 9 novembre 2018, le Conseil d’État a refusé de faire jouer la garantie décennale du constructeur, estimant que les désordres apparus ne rendaient pas l’ouvrage impropre à sa destination. L’occasion de rappeler les limites de la garantie décennale. 

En l’espèce,  la commune de Saint-Germain-le-Chatelêt avait conclu un marché pour la construction d’une salle multi-activités comprenant un centre de loisirs sans hébergement et une salle communale. Titulaire du lot n°14, la société Beyler était chargée des travaux de chauffage et de ventilation. La maîtrise d’œuvre avait quant à elle été attribuée à deux entreprises, dont la société Blondeau Ingénierie. Suite à l’apparition de désordres affectant le système de chauffage de la salle, la commune a demandé au tribunal administratif (TA) de Besançon de déclencher la responsabilité décennale à l’encontre de la société Blondeau Ingénierie et de l’entreprise titulaire du lot. Si le TA a fait droit à cette demande, prononçant une condamnation solidaire à hauteur de 35.000 euros, la cour administrative d’appel (CAA) de Nancy a annulé ce jugement. La commune a alors saisi le Conseil d’État d’un pourvoi en cassation.La haute juridiction administrative a confirmé le raisonnement de la CAA. En effet, bien que désordres ait été constatés, cela n’était pas suffisant pour engager la responsabilité décennale du constructeur et du maître d’œuvre. Dans les faits, la chaudière présentait des dysfonctionnements et une usure prématurée du système. En conséquence, la fréquence des livraisons de combustibles avait augmenté et l’intervention d’un technicien était devenue systématique pour remplir le silo, ce qui devait initialement être automatique. Le Conseil d’État comme la CAA ont tout d’abord estimé que la chaudière était "un élément d’équipement dissociable de l’ouvrage". À cet égard, les juges de cassation ont rappelé "que la responsabilité décennale du constructeur peut être recherchée pour des dommages survenus sur des éléments d’équipements dissociables de l’ouvrage s’ils le rendent impropre à sa destination". À la question de savoir si les désordres avaient rendu l’ouvrage impropre à sa destination, les juges ont répondu par la négative. Bien que la chaudière ne fonctionne pas conformément à ce qu’il était prévu au contrat, les juges d’appel et de cassation ont estimé que "les dysfonctionnements [...] n’affectaient pas le chauffage de la salle communale dans des conditions qui devraient conduire à les regarder comme rendant l’ouvrage impropre à sa destination".

Le Conseil d’Etat a donc rejeté le pourvoi de la commune.

Référence : CE, 9 novembre 2018, n°412916

 

Source : localtis

Le 29-11-2018, par A&CP Aquitaine

Régularisation : comment interpréter l’article 59 du décret marchés

  le 21/11/2018 Le député Olivier Falorni (PRG, Charente-Maritime) a interrogé ...

En savoir plus

Le 29-11-2018, par A&CP Aquitaine

Lettres de rejet : quel contenu ?

  le 30/11/2018 Mme Aude Camus Source de contentieux au sujet des ment...

En savoir plus

Page précédenteActualités 6 à 10 sur 845Page suivante