A&CP ARCHITECTURE ET COMMANDE PUBLIQUE EN NOUVELLE AQUITAINE AQUITAINE - Contact

Les éditoriaux d'A&CP

Nombre d'éditoriaux par page :

Le 04-02-2022

A&CP

Le 31-12-2021

VOEUX 2022

      LES MEMBRES DU CONSEIL D'ADMINITRATION D'ARCHITECTURE & COMMANDE PUBLIQUE  VOUS PRESENTENT LEURS MEILLEURS VOEUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2022 EN RESTANT TOUJOURS A VOTRE ECOUTE ...

En savoir plus

Le 08-10-2021

De l’Abus patrimonial au devoir d'oubli

 De l’Abus patrimonial au devoir d'oubli

Propos sur la Démolition (intentionnelle) / Conservation

Le bulldozer ou la restauration ?
Mais la réalité n
ʼest elle pas plus complexe ? Et cela au delà des guerres, des incendies ou des “embellissements“.
J.Ruskin n
ʼaffirmait il pas : « La restauration signifie la destruction la plus complète quʼun édifice puisse subir »
Et quand F.Nietzsche proclamait :« Tout acte (de création) exige l
ʼoubli », V.Hugo lui, confessait quelques décennies auparavent : « Créer cʼest se souvenir « .
Et à l
ʼinstar du Pape Sixte Quint à Rome, que penser du baron Haussmann « Conservateur de Paris ! » (F.Choay) ou « Grand destructeur du Vieux Paris »(P.Pinon) ? ou les deux à la fois?
Et au delà des guerres, des incendies ou catastrophes naturelles, l
ʼhistoire des démolitions ne se confond-elle pas avec lʼhistoire des “embellissements“ ?
La notion de 
Monument Historique et sa protection – édifices historiques constitués de chefs dʼœuvre - énoncée pendant la Révolution Française et confirmée par les institutions au XIXe siècle, a évolué;
Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, le nombre des biens protégés avait été multiplié par dix, sans pour autant que leur nature ne change (vestiges de l
ʼAntiquité, édifices religieux du Moyen-âge, Chateaux)
Depuis les années 60, la notion de 
patrimoine fortement inspirée par celle-ci, s'est généralisée dans le temps, dans l'espace, et dans la typologie des objets :
Du passé historique à la modernité, de l'édifice à l
ʼensemble urbain et à la ville, du singulier à l'ordinaire, du noble au prosaïque, du savant au populaire, :
Le lavoir et tout simplement la présence du passé doivent ils être affectés d
ʼune valeur patrimoniale au même titre que le monument ou le chef dʼœuvre ?
Cette patrimonialisation conduit nécessairement à une sclérose croissante qui affecte 
lʼédifice et la ville :
"Aujourd
ʼhui, on ne pourrait ni construire ni détruire les Halles de Baltard ! » constate F.Barré

• Dʼune part, la ville :
« ou ce que lʼon appelait autrefois une ville « , « la ville nʼest plus. Nous pouvons quitter le théatre maintenant ... » (R. Koolhas)
« un archaisme lexical » (F.Choay) ;
« la ville nʼexiste plus , excepté comme fantôme culturel pour les touristes » prophétisait Mac Luhan en 1962)
Lʼurbain généralisé dʼaujourdʼhui va-t-il définitivement reléguer la ville du passé au musée et à lʼindustrie culturelle touristique au travers de la marchandisation du patrimoine?
Quel devenir pour nos villes historiques d
ʼeurope occidentale, pour lesquelles le concept de permanence (mémoire)- des tracés urbains - reste indissociable de celui de substitution (création) - du bâti , sans quoi la ville ne se renouvelle pas, se fige en musée et rend impossible la »reconstrucfion de la ville sur la ville ».
Ce fut dans « l
ʼurbanisme face aux villes anciennes» lʼenjeu principal de G.Giovanonni, qui fut lʼinitiateur du concept “dʼensemble urbain patrimonial“ , en étendant le concept de Monument Historique à la ville entière.
A.Malraux dira plus tard (1962) : “ Un chef d
ʼœuvre isolé risque dʼêtre un chef dʼœuvre mort », confirmant les propos de L.Hautecoeur : “ Isoler un édifice cʼest violer lʼHistoire“, à propos du « dégagement » des cathédrales

• Dʼautre part, les édifices singuliers
Un siècle et demi après que Victor Hugo ait entonné une juste «guerre aux démolisseurs » toujours dʼactualité, faut-il, lʼaccompagner aujourd'hui dʼune « guerre aux fossoyeurs" ?
Car, comme nous le rappelle Edgar Morin :« Tout ce qui ne se régénère pas, dégénère inévitablement ».

De lʼidéal de "tabula rasa" de la ville, que DESCARTES prêtait à lʼarchitecte, au refus ontologique de la démolition par les PRIZTKER 2021 et les défenseurs dʼune nouvelle frugalité ; de lʼhumble respect dʼALBERTI face à la démolition, à la « nappe blanche » du Mouvement Moderne (Le Corbusier), la posture historique au regard de la démolition nʼest pas linéaire.

Pourrait- on esquisser une typologie de la démolition intentionnelle ? :
De la démolition/trace (sacralisation d
ʼune valeur/signe) à la « tabula rasa (destruction totale , insalubrité ou pas), en passant par la déconstruction ; Démolir pour retrouver un état antérieur (Viollet-le Duc ou Secteur Sauvegardé) ou démolir partiellement pour « continuer un ouvrage commencé par dʼautres comme le montre lʼhistoire des Eglises et des Chateaux par exemple. Destruction par restauration ou destruction du sens de lʼœuvre par mutilation ou destruction du contexte
Destruction par négligeance ou incurie ...

Enfin, comment concilier mémoire, oubli et projet ?
Et contre toutes formes de muséification, peut-on aujourd
ʼhui, rêver dʼune pratique mémorielle qui suscite et conditionne la création ? qui fasse passer dans notre patrimoine le souffle de la vie .

JL 22/06/21

Le 01-10-2021

De l'abus patrimonial au devoir d'oubli Propos sur la Démolition (intentionnelle) / Conservation

De l'abus patrimonial au devoir d'oubli Propos sur la Démolition (intentionnelle) / Conservation ...

En savoir plus

Le 30-03-2020

covit 19

  A&CP à vos cotés pour contiuer à vous tenir informer en cette période particulière Pour toute demande de renseignements contactez nous par mail   pour nous joindre, nous écrire : ...

En savoir plus

 Editoriaux 1 à 5 sur 71Page suivante